Recherche avancée


Brèves transatlantiques de décembre 2006

Hajnalka Vincze

Quelques nouvelles de l’actualité européenne et transatlantique, brièvement présentées et commentées.


Lancement, le 6 décembre, de FRANCE 24 la première chaîne de télévision française d’information internationale. La « CNN française » émet en continu sur deux canaux en français et en anglais (puis en arabe dès 2007 et enfin en espagnol) et propose un site Internet trilingue (www.france24.com). D’après la présentation officielle, la chaîne offre « un décryptage approfondi de l’actualité pour en faire découvrir la partie immergée et montrer ce que le public n’est pas censé voir, savoir ou comprendre ». A titre d’exemple, les collaborateurs de la chaîne auraient expliqué aux 12 bloggeurs de nationalités diverses, invités le 2 décembre à la rédaction pour une présentation exclusive, que « La révolution orange en Ukraine a été financée avec de l’argent américain. Cela, vous ne l’entendez pas sur CNN ».    

Le gouvernement britannique a présenté, le 4 décembre, son Livre blanc sur le renouvellement de l’arsenal nucléaire du Royaume-Uni. Dans sa déclaration aux députés, Tony Blair a souligné, à neuf reprises, le caractère soi-disant « indépendant » de la force de dissuasion britannique. Au sujet de laquelle l’un des points de controverse majeurs porte justement sur sa dépendance traditionnelle par rapport aux technologies américains. Le gouvernement opte pour la reconduction du système basé sur les missiles américains Trident (une modernisation qui inclut la construction de nouveaux sous-marins, et dont le coût total est estimé à 20 milliards de livres, soit 29,7 milliards d’euros), accompagnée d’une réduction de 20% du nombre d’ogives nucléaires d’ici 2020. Le projet devra être soumis au vote de la Chambre en mars 2007.

Premier vol d’essai du chasseur F-35 Lighnting II (Joint Strike Fighter), le 15 décembre, marquant le départ de 12 000 heures de test en vol. Ce programme d’avion réunit sous la direction des Etats-Unis huit participants internationaux, dont six pays européens : la Grande-Bretagne (deux milliards de dollars), l’Italie (un milliard), les Pays-Bas (800 millions), la Turquie (175 millions), le Danemark (125 millions) et la Norvège (125 millions). Les graves incertitudes du programme, les modalités de la « coopération », et les enjeux politiques et industrielles en font un projet emblématique. Mauvais augure ou pas, lors de ce premier vol, les drapeaux des partenaires ont été représentées en sens inverse sur l’appareil. Le constructeur, Lockheed Martin, espère vendre 4500 avions (« ou plus ») sur la durée de vie du programme.

Le prestigieux Chatham House a publié, le 19 décembre, un bilan peu flatteur sur la politique étrangère de Tony Blair. Le rapport, signé par le directeur sortant du club de réflexion britannique, estime que « L'échec fondamental (de la politique extérieure de Blair) a été son incapacité à influencer l'administration Bush de quelque façon significative, malgré le sacrifice – militaire, politique et financier – qu'a consenti la Grande-Bretagne ». La précision qui s’y ajoute vaut de l’or : « Etant donné la complexité byzantine de la politique washingtonienne, il a toujours été peu réaliste de croire que des puissances extérieures – aussi loyales qu’elles soient – puissent avoir de l’influence sur le processus américain de prise de décision ». D’après l’auteur, « le(s) successeur(s) de Tony Blair ne seront pas en mesure d’offrir un soutien inconditionnel aux initiatives américaines » et « un rééquilibrage entre les USA et l’Europe devra avoir lieu ».

Le 20 décembre, l’Allemagne a annoncé son retrait du projet franco-allemand de moteur de recherche Quaero, pour se concentrer sur un projet national, baptisé Theseus. Les deux projets se développeraient désormais séparément mais sans concurrencer l’un l’autre. Tandis que Quaero se veut un moteur de recherche « grand public, multimédia », le programme allemand sera plus spécialisé, orienté vers la sémantique. Pour le porte-parole du ministère allemand à l’économie, leur objectif n’est pas de bâtir un rival de Google, mais plutôt d’aider les sociétés travaillant sur les technologies de recherche et sur les réseaux du futur. Ce qui est largement en-dessous de l’ambition affichée par Jacques Chirac pour Quaero, à savoir de « répondre au défi posé par les géants américains comme Google et Yahoo ».

Suite à une cérémonie de passation de commandement, le 7 décembre à Casteau (Belgique), le général américain John Craddock, est devenu le quinzième Commandant Suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR). Avant sa nomination au SACEUR, il a dirigé, depuis 2004, le Commandement Sud des forces des États-Unis, basé à Miami en Floride et en charge, entre autres, du centre de détention de Guantanamo. En tant que SACEUR, le Général Craddock cumule automatiquement les fonctions de Commandant du Commandement allié « Opérations » et de Commandant des forces des Etats-Unis en Europe (USEUCOM). A ce dernier poste, comme chef de l’un des 5 commandements régionaux des forces armées américaines, son aire de responsabilité couvre 91 pays (toute l'Europe, la plupart de l'Afrique et certaines parties du Moyen-Orient).

 

L’Agence européenne de Défense a rendu public, le 19 décembre, un tableau comparatif des dépenses de défense européennes et américaines en 2005. D’après ses chiffres, le budget de défense des Etats-Unis s’est élevé à 406 milliards d’euros, soit plus que le double de celui des Européens (€193 milliards). Autrement dit, les Etats-Unis consacrent 4,06%, les Européens 1,81% de leur PIB à la défense, soit respectivement €1363 et €425 par habitant. La part des dépenses d’investissement (acquisition d’équipement, plus recherche et développement) est de 32% aux Etats-Unis et de 18% en Europe. Les effectifs déployés à l’extérieur représentent 16% aux USA (227 400 soldats), et 4% en Europe (73 578). Bien évidemment, les chiffres en eux-mêmes ne disent rien sur la « rentabilité » des allocations de ressources humaines et financières. Ni en termes de leur utilité opérationnelle, ni en termes de leur impact diplomatico-politique. 

 


share:

Tags:
joint strike fighter/f-35, otan, royaume-uni


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS