Recherche avancée


Petites perles de la semaine écoulée (10 novembre 2013) - compilation des entrées Google+

10 novembre, 2013
Brève
Hajnalka Vincze
NSA/Europe
1. L'ambassade britannique à Berlin écoute les conversations des Allemands. Ajoutons juste deux précisions au sujet de la coopération des « Cinq yeux », au nom de laquelle le Royaume-Uni espionne, pour le compte des Etats-Unis, ses partenaires européens. Primo, dans le système Echelon (le réseau d’interception des communications opéré depuis des décennies par les cinq pays anglophones UK, USA, Canada, la Nouvelle Zélande et l’Australie), le monde entier est divisé en zones de responsabilité géographique. Et Londres y a la charge de surveiller l’Europe, proximité oblige.
 
Secundo, des responsables US sont régulièrement invités à participer aux réunions du Joint Intelligence Committee britannique, organe coordinateur des services de renseignement de Sa Majesté. Normal. Les Etats-Unis financent en partie lesdits services, en même temps qu’ils fixent une partie de leurs priorités. Par contre, les « partenaires » européens de Londres sont tous tenus strictement à l’écart de ce saint des saints du partage des informations entre initiés. Normal aussi. Ils en sont en partie les cibles.
(à partir de : L'ambassade britannique à Berlin écoute les conversations des Allemands, Le Figaro, 5 novembre 2013)
 
2. EU should create own spy agency, Reding says. Selon la commissaire européenne à la justice, d’ici 2020 l’UE devrait mettre en place « sa propre agence d’espionnage », car « la NSA a besoin d’un contrepoids ». Contrepoids ? A Bruxelles? Peut-être faudrait-il d’abord s’assurer que la Commission européenne ne confère plus à la NSA américaine la tâche de « vérifier » la sécurisation de ses réseaux informatiques cryptés…

Pour rappel : le journaliste Jean Quatremer sonna l’alarme dès 2001 (dans une série d’articles remarquables), en pointant du doigt les propos du responsable du cryptage à la Commission de Bruxelles, prononcés à une audition au Parlement européen. Notamment la fameuse phrase : « J'ai toujours eu de très bons contacts avec la NSA à Washington. Elle vérifie régulièrement nos systèmes (de cryptage) pour voir s'ils sont bien verrouillés et s'ils sont correctement utilisés. »

Et la NSA l’a fait, sans aucun doute, dans un esprit tout à fait amical… Surtout qu’il s’agit, pour les Etats-Unis, des communications confidentielles d’une organisation qui est, sur de nombreux dossiers, leur plus formidable rival commercial.
(à partir de: EU should create own spy agency, Reding says, EUObserver, 4 novembre 2013)
 
3. America’s NSA Megalomania. L’excellent historien-journaliste américain William Pfaff préconise des mesures radicales pour que « l’Europe déclare son indépendance » par rapport aux Etats-Unis. Pour lui, le problème à l’origine de la crise autour de la NSA est « la domination – active, ou implicite/potentielle – de l’Amérique sur les affaires de l’Europe occidentale ».
 
Il rend hommage au général de Gaulle au passage, qui « avait anticipé avec une intuition politique profonde la crise d’aujourd’hui pour ce qui est du droit de l’Europe à une souveraineté totale ». D’après M. Pfaff, Paris est resté fidèle à l’Alliance, mais a décidé d’agir selon ses propres intérêts et ses propres standards éthiques et politiques. Du moins jusqu’à Nicolas Sarkozy.
 
L’article s’interroge sur la pertinence de la présence US sur notre continent et appelle à des décisions radicales. Au retrait des militaires US d’Europe, à la fermeture ou le transfert sous stricte supervision/régulation européenne des établissements et des sociétés de télécommunication US sur notre continent, et à l'expulsion des stations de surveillance clandestines. Le tout dans le cadre d’une « déclaration d’indépendance ».
 
M. Pfaff a mille fois raison de dire que l’Europe a besoin d'une sorte de thérapie de choc. Il a aussi raison de remarquer que ce serait également un service rendu aux Etats-Unis, « une nation en crise profonde »Faudrait juste trouver des dirigeants européens prêts à assumer un rôle autre que celui des vassaux qui se bousculent pour savoir lequel est le plus servile d’entre eux. Ou en trouver au moins un. Ce serait déjà un bon début.
(à partir de: William Pfaff, America’s NSA Megalomania, Internatinal Herald Tribune, 30 octobre 2013)
 
Secteur de l’armement
1. BAE Shipbuilding Fiasco Has Lessons. Excellent argumentaire en faveur de la (re)nationalisation de la construction navale en Europe. Prenant l’exemple de l’échec patent du modèle britannique dans le domaine, Giovanni de Briganti (l’éditeur de defense-aerospace.com) note « qu’il a finalement été admis que le focus des sociétés privées en premier sur la rentabilité ne peut pas être réconcilié avec l’exigence souveraine d’un gouvernement » soucieux de faire construire ses navires (et autres quincailleries de la sorte) sur des sites nationaux.

En s’appuyant sur les propos amers du ministre britannique à la Défense, l’analyse de Briganti démonte l’illusion des gouvernements de l’Europe occidentale sur les prétendus avantages et de la privatisation. Manifestement, même le ministre Hammond s’est rendu à l’évidence que les industries navales britanniques ne survivront pas grâce à leur recherche de compétitivité accrue sur les marchés internationaux, mais grâce à des commandes passées par la Royal Navy au nom de l’exigence de souveraineté.*

La conclusion s’impose. D’après de Briganti, « c’est un domaine où les gouvernements devrait jouer leur rôle souverain, en nationalisant les capacités de base en matière de construction navale ». Ce qui permettrait d’une part d’assurer le maintien des chantiers même en période de vaches maigres, de l’autre d’éviter les marges excessives et les contrats biaisés au détriment du citoyen/contribuable et en faveur des compagnies privées.

L’exemple cité par De Briganti, celui des prochains navires ravitailleurs de la Royal Navy achetés à la Corée du Sud, est en effet un cas d’école. Comme noté auparavant, le sujet avait été évoqué lors d’une audition du Parlement UK sur le système d’acquisition des équipements l’an dernier. Où le ministre chargé du dossier s’est retrouvé pris dans le piège de ses propres contradictions. 
 
En faisant des tirades éloquentes sur « la liberté d’action pour préserver notre flotte » qu’il « considère de la plus haute importance », le ministre ne se gêne pas pour défendre, du même souffle, le choix du recours à la compétition internationale pour l’achat des navires ravitailleurs MARS. En croyant pouvoir se justifier « parce que c’est une capacité - la construction de navires ravitailleurs - dont le Royaume-Uni, à nos grands regrets, ne dispose plus ». Comme celle des sous-marins à propulsion classique, par ailleurs.

*“We hear a great deal about how shipbuilding will be sustained through the commercial market and the third-nation market, including the market for warships, but I am afraid I have seen no evidence to suggest that we are able to compete in what is a very aggressive global market for commercial shipping. I think that the shipbuilding industry in this country will be primarily dependent on Royal Navy orders placed in the United Kingdom, because of the sovereign requirement for us to have warship building capability.” Déclaration du ministre Hammond au Parlement britannique le 6 novembre 2013.
(à partir de: Giovanni de Briganti, BAE Shipbuilding Fiasco Has Lessons, defense-aerospace.com, 7 novembre 2013)
 
2. Boeing’s Muilenburg On Defense, Space Challenges. Quelques points à relever dans les propos du patron de l’unité « Défense, Espace et sécurité » de Boeing. Premièrement, précisions chiffrées sur l’activisme accru sur les marchés de l’export. De 7% il y a 5 ans, la part des acheteurs étrangers dans le volet « défense » de l’entreprise est passée à 28-29% aujourd’hui (pour monter jusqu’à environ un tiers dans les 5 à 10 ans à venir). 

Pour rappel, sous l’effet de la baisse du budget militaire US, cela signifie une agressivité accrue (l’exact opposé du fameux pivot/désengagement) en Europe. Tantôt pour s’assurer des marchés captifs sur le continent même, tantôt pour mettre des bâtons dans les roues des éventuels compétiteurs européens sur les marchés internationaux.

Deuxièmement, quelques précisions, toujours chiffrées, sur notre F-35 Joint Strike Fighter (JSF) préféré. Pour le CEO de Boeing, celui-ci serait de 50% plus lent à l’accélération et à la vitesse maximale, transporterait 60% moins de charge utile, et aurait un rayon de combat réduit de 70% par rapport au F-15SE Silent Eagle proposé par son entreprise.

Surtout, les dates de livraison et les coûts (d’achat et de maintien en condition opérationnelle) sont connus pour le F-15 – ce qui est loin d’être le cas du Joint Strike Fighter. A part le fait que son soutien nécessitera au moins deux fois les dépenses qu’exige celui du Silent Eagle.
Une véritable aubaine, ce JSF.
(à partir de: Joseph C. Anselmo, Boeing’s Muilenburg On Defense, Space Challenges (entretien), Aviation Week & Space Technology, 4 novembre 2013)
 
Négociations TTIP
Libre-échange: reprise des discussions UE-USA le 11 novembre. Les négociations sur l’accord de partenariat transatlantique (TTIP) ne tarderont pas de reprendre. Démonstration par l’absurde des priorités réelles des dirigeants européens. Humiliés comme on est rarement (à la suite de la révélation par Washington de leur collaboration avec la NSA), placés en face de la réalité d’une surveillance US hors contrôle, sur leurs citoyens/leurs entreprises/leurs propres communications personnelles, ils continuent à faire comme si de rien n’était.
 
Le tout pour un accord qui, selon les estimations les plus optimistes (celles de la représentation commerciale US à Bruxelles) donnerait, peut-être, une impulsion de 0,4%  du PIB à la croissance européenne. Mais son mérite n’est pas là car, de l’aveu officiel américain, « nous ne focalisons pas sur les chiffres concrets ».
 
Pour bien prendre la mesure de l’importance de ces négociations commerciales aux yeux des responsables euro-atlantistes, il faut se tourner vers l’OTAN où le secrétaire général Rasmussen s’extasie* devant ce qu’il espère devenir le fondement d’une « communauté transatlantique véritablement intégrée ». 
 
Il va même jusqu’à évoquer l’article 2 du traité de Washington de l’Alliance pour démontrer à quel point il serait logique d’établir cette nouvelle « OTAN économique » à côté de l’OTAN proprement dite. Elle pourrait alors devenir, selon Rasmussen, un brillant exemple pour la coopération économique, tout comme l’Alliance l’est de son côté pour la coopération en matière de sécurité…
 
Alors là, c’est la comparaison de trop. Car mêmes les avocats les plus zélés du TTIP espèrent quelque chose de plus qu’un « partenariat » aussi déséquilibré que celui qui prévaut au sein de l’Alliance atlantique. N’empêche qu’à force de persévérer, ils ne feront que d’étendre et d’aggraver ce même déséquilibre.
 
*Discours du Secrétaire général Anders Fogh Rasmussen sur « Une nouvelle ère pour le commerce UE-US » à la Confederation of Danish Industry, Copenhague, 7 octobre 2013

 

(à partir de : Libre-échange: reprise des discussions UE-USA le 11 novembre, AFP, 4 novembre 2013)

share:

Tags:
affaire nsa/snowden, renseignement électronique, royaume-uni, ttip, allemagne, armement, joint strike fighter/f-35


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS