Recherche avancée


Petites perles de la semaine écoulée (27 octobre 2013) - compilation des entrées Google+

27 octobre, 2013
Brève
Hajnalka Vincze
Espionnage NSA en Europe
1. Bonjour l’embarras. Qu’il existe une coopération en matière de renseignement avec les uns et les autres, c’est normal. Par contre, s’y engager en position de sous-traitant pour le club d’élite anglo-saxon Five Eyes (UK, USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), c’est déjà plus gênant. Surtout que c’est dans ce cadre que les informations faisant perdre des marchés de plusieurs milliards aux fleurons de notre industrie se transmettent régulièrement vers les Etats-Unis.
 
Mais la cerise sur le gâteau, c’est quand même de se voir ensuite traité publiquement comme un vulgaire adversaire que les Américains espionnent à grande échelle. Et d’être obligé d’aller quémander à Washingtonpour qu'ils veuillent bien « nous fournir ce que la presse a déjà », aux dires du chef de l’Etat. C’est insurpassable. Finalement, essayons juste une seconde d’additionner tous ces éléments du point de vue d’un tiers (Russie, Chine, Brésil, Inde, au choix). L’image n’est pas flatteuse, loin de là.
(Surveillance: la France transférerait des données aux USA, RIA Novosti, 27 octobre 2013)
 
2. D’autres festivités en perspective. Pour le président Hollande : « C’est un sujet qui ne va pas cesser d’interpeller car nous savons qu’il y aura d’autres révélations ». Amen. A part cela, l’autisme politiqueest à son paroxysme. Confiance ébranlée ? Vite, allons « provoquer une discussion avec les Américains pour établir un cadre commun de coopération et de clarification », y compris l’établissement de « règles de conduite pour l’avenir ». Sérieusement ? Comme si les documents publiés dans la presse ne venaient pas de démontrer justement que les Américains ne viennent  à la table de négociations que pour endormir l’audience. Ce qui, accessoirement, permet aussi aux dirigeants européens de se donner bonne conscience. 
(Conférence de presse à l'occasion du Conseil européen à Bruxelles, 25 octobre 2013)
 
3. NSA : les eurodéputés préconisent la suspension d'un accord avec Washington sur les données bancaires. Dans ce cas précis, le plus intéressant c'est la courte majorité à laquelle la résolution (non contraignante) a été votée. Rappelons que, pour l’UE, la violation de l’accord SWIFT par l’Amérique est l’une des révélations les plus explosives des documents ébruités dans l’affaire Snowden/PRISM. Lesquels exposaient clairement que l’accord conclu avec l'Amérique ne fut qu'un marché de dupe.

Pendant des années, l’Europe avait demandé en vain que les transferts des données bancaires, imposés par les Etats-Unis à la société SWIFT au lendemain du 11 septembre 2001, s’effectuent dans un cadre légal. Les US ne s’y sont résignés qu’après l’installation, en 2009, d’un centre en Suisse qui permettait de conserver en Europe toutes les données bancaires européennes (sans les stocker mécaniquement sur un serveur jumeau situé aux USA). D’où les négociations et, finalement, l’accord d’août 2010.

Il s’agit d’un compromis accouché après des débats longs et houleux, un premier rejet par le Parlement européen, puis une renégociation douloureuse. Finalement, l’accord prévoyait de nombreux garde-fou, dont un « observateur indépendant » envoyé par l’UE pour superviser que les services US accèdent aux informations du réseau SWIFT uniquement s’il y a suspicion de transfert d’argent à des fins terroristes. C’était trop beau pour être vrai. Et ça ne l’était pas, en fait.

Des documents NSA datés de 2011 désignent toujours le réseau informatique bancaire domicilié en Belgique clairement parmi les cibles. Pour les US, l’accord n’était en réalité qu’une diversion, ils avaient accès à tout ce qui les intéressait, de toute façon. Ce qui remet sérieusement en cause la fiabilité de l’interlocuteur US pour n’importe quels accords et négociations à l’avenir.

De surcroît, les révélations Snowden/PRISM font également état de la très étroite collaboration entre le programme de surveillance /d'espionnage et le Département du Trésor américain. Dont la première tâche n’est pas tant la chasse aux terroristes que de « promouvoir la croissance économique et les investissements » aux Etats-Unis. 
(NSA : les eurodéputés préconisent la suspension d'un accord avec Washington sur les données bancaires, Le Monde, 23 octobre 2013)
 
4. Espionnage américain: un choc et un test pour les Européens. On imagine surtout le malaise du Premier ministre britannique au sommet de l’UE… Sans doute jamais auparavant son rôle de cheval de Troiedes Etats-Unis en Europe n’a été aussi publiquement exposé au grand jour. N’oublions pas qu’en tant que membre des « Cinq yeux » (communauté de renseignement Etats-Unis, UK, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), Londres est intimement associé aux activités des services US. Contre ses partenaires européens notamment. Lesquels auront du mal, après les dernières révélations (sur le portable de Mme Merkel par exemple), à ne pas le prendre personnellement.
(Espionnage américain: un choc et un test pour les Européens, AFP, 24 octobre 2013)
 
5. Comment la NSA espionne la France. « Tonton » l’avait pourtant dit, il y a près de vingt ans : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C'est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. » (François Mitterrand, 1995)
 
« Les documents donnent suffisamment d'explications pour penser que les cibles de la NSA concernent aussi bien des personnes suspectées de liens avec des activités terroristes que des individus visés pour leur simple appartenance au monde des affaires, de la politique ou à l'administration française ».(Comment la NSA espionne la France, Le Monde, 21 octobre 20013)
 
Royaume-Uni
Audition du chef d’état-major des armées britannique. Le général Sir Nick Houghton semble particulièrement morose quand il admet que l’Iraq et l’Afghanistan avaient fait beaucoup de tort au lien armée-nation. « Les objectifs au service desquels nous avons été engagés récemment sont peut-être remis en cause plus que jamais auparavant. Dans ce contexte, j'ai parfois l'impression que l’on compatit avec nous plus que l’on ne nous comprend. J'ai parfois l'impression que nous sommes l'objet de la charité de notre nation, plutôt que celui de sa compréhension profonde et bienveillante de ce que sont les forces armées et quelle est leur pertinence ».
(Uncorrected evidence before the House of Commons Defence Committee, General Sir Nick Houghton, Chief of the Defence Staff, Ministry of Defence, 16 octobre 2013)
 
Drones
Assassinats américains par drones au Pakistan : le rapport accablant d'Amnesty International. L’Amérique fait la guerre par joystick interposé. Qu’importent les dégâts tant que ça se passe au fin fond du monde, loin des caméras, et que les scores sont plutôt bons. Insistons sur le fait qu’il ne s’agit plus de « simples » dommages collatéraux. C’est tout le système opaque (de choix des cibles, d’autorisation de tir) tel qu’il est organisé qui produit presque inévitablement la mort des civils.
 
Pour une chose, les frappes sur base de « signature »(groupes de gens affichant des caractéristiques qui pourraient être liées à des activités terroristes mais dont les noms ne sont pas connus) semblent avoir pris le dessus sur les frappes sur base de « personnalité » (individu dont le nom est connu et dont on prétend penser qu’il pose « une menace imminente » à l’Amérique).
 
De même, le contraste entre les estimations officielles du nombre des victimes civiles et les chiffres avancés par les analyses indépendantes s’expliquerait en partie par une méthode de calcul bien particulier à la CIA. Celle-ci fonctionne sur la base de la « culpabilité par association ». C’est-à-dire qu’à moins de prouver à titre posthume leur innocence, toutes les victimes mâles en âge de porter des armes, qui se trouveraient dans une zone de frappe, sont considérés comme des combattants. Ce qui re-pose la question du choix des cibles…

Pour plus de détails, voir : Jaclyn Tandler, Known and Unknowns : President Obama’s Lethal Drone Doctrine (Fondation pour la Recherche stratégique, note n°O7/13, avril 2013)
A y ajouter ce papier sur la nécessité d'une position européenne en la matière, histoire de ne pas laisser la pratique US établir un précédent que l'on finira tous par regretter.
Anthony Dworkin, Drones and Targeted Killing: Defining a European Position (European Council on Foreign Relations, Policy Brief n°84, juillet 2013) 
 
OTAN
A la réunion ministérielle de l’OTAN, Berlin se fait la courroie de transmission de l’Amérique. En proposant son Concept de nation-cadre, au fond le ministre allemand de la défense ne fait qu’estampiller un projet élaboré dès l’été 2011 par l’américain National Defense University. Présentée aux responsables US et OTAN par la suite, l’initiative fut articulée autour du concept de Mission Focus Groups (MFGs). Manifestement, les deux se ressemblent comme deux gouttes d’eau. D’après M. Rasmussen, dans le projet allemand il s’agit de l’organisation des alliés en plusieurs groupes, chacun focalisé sur telle ou telle compétence, dans le cadre de la fameuse Défense intelligente. Surprise, surprise: c’était justement l’idée des concepteurs US du projet MFG.

Surtout, l’initiative allemande risque de permettre à l’OTAN de griller la politesse à l’UE dans un domaine essentiel pour l’avenir de la défense européenne. Au fait, aujourd’hui il y a pratiquement unanimité pour admettre que la PSDC (politique de défense et de sécurité de l’UE) ne pourra avancer qu’en adoptant la logique des « groupes pionniers ». Toutefois, dans le cadre de l’UE, ce constat ne s’est toujours pas traduit dans les actes, comme en témoigne entre autres la non-activation de la dénommée « coopération structurée permanente ». Si l’Alliance s’y lance avant l’Union, cela signifierait que la seule matrice d’organisation viable pour la défense européenne se développerait sous l’égide de l’OTAN.
 
(Doorstep Statement by the NATO Secretary General, Anders Fogh Rasmussen, 22 octobre 2013)

share:

Tags:
affaire nsa/snowden, renseignement électronique, royaume-uni, guerre économique, accord swift, drones, otan


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS