Recherche avancée


Forces navales des pays de l’OTAN: les pièges de la dépendance

26 septembre, 2013
Brève
Hajnalka Vincze
Une récente analyse sur les capacités maritimes des pays de l’OTAN met le doigt sur le fait qu’au moment même où l’Amérique se réoriente vers l’Asie, la dépendance des Européens par rapport aux Etats-Unis en matière de forces navales ne cesse de grandir. C'est vrai. Mais deux petites remarques s’imposent à ce sujet. Si les flottes européennes se réduisent comme une peau de chagrin, c’est aussi parce que les budgets (déjà en baisse) sont phagocytés par notre participation/soumission au système militaro-industriel américain. Soit par choix (contributions aux programmes JSF et bouclier antimissile, achats sur étagère), soit ensuite par obligation (une fois acheté, l’entretien et la modernisation du matériel US se fait au moment et au coût dicté par le Pentagone, selon la logique des « block upgrades »), les décideurs européens se retrouvent contraints de sacrifier leurs autres capacités.
 
 Par ailleurs, ce n’est pas à cause du « pivot » que la dépendance sur les forces navales US (ou d’un quelconque tiers) est pour le moins problématique. Déjà, il y a presque 20 ans, les Américains n’ont pas hésité à retirer sans préavis, unilatéralement, leurs bâtiments d’une opération en cours de l’OTAN (qui se déroulait conjointement avec l’UEO, l’Union de l’Europe occidentale). C’était l’opération Sharp Guard, destiné à faire respecter au large de l’ex-Yougoslavie l’embargo onusien sur les armes. Suite à un amendement déposé par deux sénateurs US, les navires américains en ont été retirés du jour au lendemain.
 
Une preuve de plus, s’il en fallait, que pour Washington les engagements transatlantiques seront toujours à la merci des aléas de la politique intérieure US – ce qui est par ailleurs son droit le plus élémentaire, à savoir de définir et de suivre ses prores priorités et ses propres intérêts. Notre devoir serait de procéder en sorte que nous puissions faire de même. C’est aussi le seul moyen de ne pas nous retrouver au dépourvu si jamais il y a d’autres amendements.

share:

Tags:
forces navales, otan


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS