Recherche avancée


Les survivants de Mars

ma.hu - 09 mai, 2005
Note d’actualité
Hajnalka Vincze

Les thèses sur (la prétendue) impuissance de l’Europe et sur la (supposément) bienveillante omnipotence (autoproclamée) des Etats-Unis témoignent d'une profonde ignorance.

Elles négligent – outre les faits eux-mêmes – les motivations profondes et les finalités inhérentes de la construction européenne. L’essence du projet d'intégration ne peut être appréhendée qu’en tenant compte des circonstances particulières de sa genèse : le sentiment général du « plus jamais ça ». Les Européens, loin de s’apparenter à Vénus, sont les survivants de Mars : ils ont tiré quelques leçons éminemment instructives de leur histoire d’avant-1945. Comme l’a dit Robert Schuman, deux guerres mondiales nous ont montré que la meilleure garantie de la sécurité réside dans la solidarité. Or, le concept européen de solidarité englobe trois aspects : solidarité intérieure (justice sociale, exercice en commun de la souveraineté collective, cohésion des régions), solidarité extérieure (multilatéralisme, aide au développement, assistance humanitaire) et solidarité intergénérationnelle (préservation de l’environnement et des ressources naturelles). L’intégration elle-même n’est autre que – pour reprendre les mots de Jacques Delors – « le laboratoire de la gestion des interdépendances ». Son postulat est ce que l’on pourrait appeler l’autolimitation organisée. En effet, selon Jean Monnet : « Cette union européenne ne peut pas se fonder seulement sur les bonnes volontés. Des règles sont nécessaires. Les événements tragiques que nous avons vécus, ceux auxquels nous assistons, nous ont peut-être rendus plus sages. Mais les hommes passent, d’autres viendront qui nous remplaceront. Ce que nous pourrons leur laisser, ce ne sera pas notre expérience personnelle, qui disparaîtra avec nous ; ce que nous pouvons leur laisser, ce sont les institutions. La vie des institutions est plus longue que celle des hommes et les institutions peuvent ainsi, si elles sont bien construites, accumuler et transmettre la sagesse des générations successives. » Dans la conception européenne, la puissance collective s'acquiert à travers l'exercice en commun de la souveraineté. Or, comme Christopher Patten (ancien Commissaire britannique de l'UE) l'avait remarqué : « les méthodes développées par l’UE pour gérer ses propres affaires sont particulièrement appropriées pour un monde qui essaie de formuler les cadres économiques, légaux et politiques susceptibles d’endiguer les passions des Etats et de canaliser la globalisation dans des directions bénéfiques. » Manifestement, il existe un abîme énorme entre la rhétorique sur la sécurité durable (basée sur la solidarité intérieure, extérieure et intergénérationnelle) et la pratique actuelle de l’Union. Mais il serait inutile d’aller dans les détails car cet abîme n’est qu’un symptôme : elle est le signe du manque chronique de volonté politique nécessaire pour préserver à l’intérieur et assumer à l’extérieur le modèle européen. L’irresponsabilité des élites d’aujourd’hui laisse perplexe. Elle évoque les remarques de Paul-Henri Spaak qui disait, jadis : « Nous sommes impassibles comme si l’Histoire attendait, comme si nous avions le temps de transformer nos mentalités, comme si nous avions l’éternité devant nous. » Notre amnésie n’a d’égale que notre aveuglement.

Texte complet en hongrois.

 


share:

Tags:
ue


Brèves
Entretien au lendemain des élections allemandes

J'ai eu le plaisir de discuter des résultats des élections...

Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...






Les plus lus

Le numéro d'équilibriste du président Macron

Panorama sur les divers aspects de la politique du président...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS