Recherche avancée


Priorités à redéfinir d'urgence, pour l’Europe de la défense

03 janvier, 2015
Note d’actualité
Hajnalka Vincze
Alors que les développements (économiques et stratégiques) récents sont utilisés comme un prétexte à l’atlantisation de la défense européenne, une lecture réaliste des faits devrait conduire exactement au contraire. La ré-européanisation de la PSDC (politique de sécurité et de défense de l’UE) devrait s’appuyer d’abord sur notre approche semblable (toujours pas complètement américanisée, malgré plus de 60 ans d’efforts de standardisation US-OTAN) à la manière dont on fait la guerre, le cas échéant. 

Ce qui serait aussi une base solide pour en finir avec l’importation massive d’armement US (avec tous les coûts supplémentaires, vulnérabilités, dépendances et distorsions doctrinales qui vont avec). En matière d’équipement de défense, la préférence européenne s’impose comme une évidence. Mais pour que tout cela ait une chance de fonctionner, il faut d’abord tirer au clair la logique derrière. Dans l’état actuel des choses, les fusions, votes à la majorité, directives et d’autres gadgets de type supranational à l’échelon européen sont synonymes d’abandon pur et simple. C’est donc la coopération, dans le respect des souverainetés et du principe de la réversibilité, qui doit être la règle. Aussi bien entre les Etats qu’entre les industriels. 
 
Redéfinition sur base de manière de faire la guerre
 
Plutôt que de présenter la crise comme une opportunité, à la fois pour une mise en commun de moyens militaires européens (au risque de déresponsabiliser encore davantage les Etats) et pour une revigoration du lien transatlantique (au risque de dépenser des sommes extravagantes tantôt pour acheter des capacités qui ne sont pas taillées sur nos forces armées, tantôt pour nous engager dans des opérations initiées par d’autres), on devrait y voir une chance pour renouer avec notre propre vision, distinctement européenne, de la chose militaire. Ne serait-ce que pour la simple raison qu’elle coûte beaucoup moins chère.
 
Une fois notre « manière de faire la guerre » réaffirmée, nous pourrions ensuite en déduire nos besoins réels, y compris les arrangements de partage capacitaire (P&S). Et non l’inverse. En effet, prendre les concepts américains comme point de référence principal, sinon unique, est préjudiciable à plusieurs titres. 
 
Pour commencer, partir d'hypothèses qui reflètent les sensibilités US (comme la surtechnologisation ou l’impératif politico-philosophique du « zéro mort », dont découlent des spécifications excessives de protection des forces, au prix d'une moindre efficacité réelle et de la multiplication des « dommages collatéraux ») risque de gonfler artificiellement le prétendu « gap »(écart entre les capacités US et européennes). Lequel est souvent utilisé comme un alibi pour nous pousser à acheter américain.
 
Surtout, une telle vision américano-centrée tend à occulter le fait qu’il existe bel et bien une approche spécifiquement européenne à la guerre. Hélas, sous l’influence du « shock and awe », elle est en perte de vitesse. Pour s'en rendre compte, il suffit d’écouter l’ex-président du comité militaire de l’UE, le général Henri Bentégeat, faire la critique de ce qu'il identifie comme le mode d’action prédominant ces jours-ci. 

D'après l'ancien chef d'état-major des armées, « cette nouvelle forme d'action, qui privilégie les frappes à distance et sans intervention de troupes au sol », présente certes des avantages militaires (éviter l’enlisement comme en Afghanistan, limiter les pertes amies). Mais elle n’en comporte pas moins des inconvénients politiques (« caractère indispensable du soutien des Etats-Unis pour ce type d’opération », éventuel « reproche de ‘néocolonialisme’ », « manque de contrôle sur les belligérants et donc sur le résultat final »). A nous de choisir.
 
Redéfinition sur base du principe « Achetons européen »
 
La mise en avant du caractère distinctement européen de notre « manière de faire la guerre » devrait être le premier pas, indispensable, pour une réelle harmonisation des besoins opérationnels et des spécifications techniques qui en sont tous le reflet. Une fois une telle réflexion engagée, l’impératif du « Achetez européen » deviendrait encore plus clair. Sans parler des autres arguments, à la fois politiques et pécuniaires, qui le soutiennent.
 
Pour commencer, s’équiper de matériel de conception étrangère pourrait bien finir par déformer, subrepticement, notre comportement militaire (outre les paramètres techniques taillés sur les besoins d’un autre, il suffit de penser aux manuels et aux formations du personnel aux US). Le « ‘phagocytage’ conceptuel et théorique », pour reprendre l’expression employée par Hubert Védrine en parlant des périls liés à la réintégration de la France dans l’OTAN, est un risque réel. Un risque qui, en matière d’armement, est par ailleurs omniprésent dans l’initiative « Défense intelligente » de l’Alliance.
 
A ce propos, l’ambassadeur de la France auprès de l’OTAN se dit conscient des « intentions des industriels américains » en quête de « débouchés supplémentaires parmi les Alliés européens ». Mais il croit nous rassurer en précisant que la plupart des projets de la « Défense intelligente » portent moins sur l’achat de matériel que sur les doctrines et les standards. Comme si ce n’était pas justement le point crucial. En réponse au constat selon lequel « la politique de standardisation de l'OTAN est définie par les Etats-Unis et elle profite à l'industrie de défense américaine », même le commandant de l’ACT a dû admettre que « c’est peut-être vrai en partie aujourd’hui ».
 
Mais l’achat sur étagère (ou en « coopération » avec un partenaire aussi encombrant que les Etats-Unis) comporte aussi d’autres risques, encore plus tangibles. Car il ne permet pas d’assurer la sécurité de l’approvisionnement à long terme (c’est-à-dire la maîtrise des capacités industrielles et technologiques qui nous mettrait à l’abri d’interruptions diverses; soit du fait que les besoins d’un autre priment sur les nôtres, soit pour cause de divergences politiques). Il ne permet pas non plus de nous appuyer sur un savoir-faire à portée de main, au cas où des adaptations ultérieures ou une accélération du calendrier s’avèrent nécessaires, pour des raisons opérationnelles.
 
Et c’est sans parler des inconvénients pécuniaires. Un plaidoyer de l’allemand Diehl Defence pour une industrie d’armement indépendante mentionne, entre autres, l’argument du retour sur investissement pour le contribuable allemand. En effet, au Royaume-Uni ce même argument fut magistralement démontré par une étude du RUSI, chiffres à l’appui. Un contrat du Ministère de la défense exécuté par l’industrie britannique ferait ainsi retourner 36% de la valeur du contrat au gouvernement, sous forme d’impôts, de taxes et de paiements d’assurances. De quoi relativiser les prix « très avantageux » que nous fait miroiter l’Amérique.
 
De surcroît, ces mêmes prix US entraînent, par la suite, d’énormes coûts supplémentaires. Les modernisations, inévitables durant les 30-40 ans qu’est la durée de vie de ce genre d’équipements, sont imposées conformément au calendrier et aux spécifications du Département de la défense. Ces fameux « block upgrades » suivent la logique darwinienne du « keep up or drop out ». Autrement dit, soit on paie au rythme et au prix fixé par les Américains, soit nos appareils made in US seront mis à la retraite prématurée du jour au lendemain (car les versions démodées se retrouveraient sans « soutien technique essentiel »).
 
A plus long terme, l’achat à un Tiers et l’érosion de la BITD européenne qui en est le corollaire, impliquent d’encore plus importantes pertes économico-financières. Sans alternative européenne crédible, on se prive de toute position de négociation à l’avenir. Ce constat amer fut d’ailleurs à l’origine du lancement du programme Ariane. Lequel s’est avéré être, accessoirement, un franc succès commercial. De manière plus générale, une industrie d’armement indépendante contribue à la santé économique de nos Etats. Notamment en sa qualité de rempart contre le désengagement complet de la puissance publique, et grâce aux potentialités multiples engendrées par la recherche, véritable clef-de-voûte de la croissance.
 
(Sur la base du papier: Hajnalka Vincze, Pente glissante: vers la réatlantisation de la défense européenne, The Federalist n°2-3, 2013) 

share:

Tags:
défense européenne, manière de faire la guerre (way of war), armement


Brèves
Prochainement: Présentation sur le numéro d'équilibriste du président Macron, FPRI

At a crucial moment in European history, France went to the...

Actualités de la PSDC

La dernière Lettre de la Représentation militaire française...

Entretien à la veille du premier tour des présidentielles

J'ai eu le plaisir de discuter des prochaines élections présidentielles...

L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...






Les plus lus

Prochainement: Présentation sur le numéro d'équilibriste du président Macron, FPRI

At a crucial moment in European history, France went to the...





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS