Recherche avancée


Recherche avancée

Mot clé:
Genre:
Date:
-
La faute à Poutine?
Brèves, 09 janv, 2017

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente : « à cause de Poutine, il est plus difficile de travailler avec la Russie »[1]. Une remarque qui n’est pas sans rappeler celle de Tim Kaine, ex-candidat démocrate à la vice-présidence, pour qui la politique de reset/réinitialisation des relations avec la Russie « aurait marché s’il n’y avait pas Poutine ».[2] En effet. Avoir un interlocuteur en face, de surcroît un interlocuteur qui défend ses intérêts lui aussi, ça complique forcément l’exercice. Cela s’appelle la diplomatie…

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE
Brèves, 04 déc, 2016

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk, interviewé sur une chaîne polonaise, c’est donc le « soutien » du président Obama qui « a permis de préserver l’unité européenne dans le conflit ukrainien ».(1)

Les chars US en Europe vont être repeints en camouflage « forêt »
Note IVERIS
04 sept, 2015


Jusqu’ici en couleur « désert », en raison des opérations au Moyen Orient, les chars et autres véhicules blindés américains stationnés en Europe vont être repeints en vert « forêt » dans les prochaines semaines. Pour le commandant de l’armée de terre US, « la peinture prend, soudainement, de l’importance » dans le contexte actuel. Autrement dit, ce nouveau camouflage est comme le symbole de la détermination des Etats-Unis à s’engager face à la Russie, jusque sur le terrain, pour défendre leurs alliés est-européens. 
Le président Hollande sur la question des Mistral
Note IVERIS
31 aout, 2015


Pour le chef de l’Etat qui s’est exprimé à la conférence des ambassadeurs « Il ne s'agit pas non plus, parce que nous sommes un pays qui fabrique des armements et les exporte, d'abandonner nos convictions et nos principes ». Les principes, certes, c’est important. Mais, s’agissant des Mistral, les Etats-Unis ont décidément tout fait pour que la France les applique au bon moment. 
L'Amérique piégée par ses propres « récits »
Notes d’actualité, 03 févr, 2015

Le discours américain au sujet des adversaires (réels ou potentiels) a toujours tendance à osciller entre deux extrêmes. Tantôt c'est l'exagération exponentielle de la menace, tantôt c'est le dénigrement complet et le mépris total. Ce qui fait la particularité de l'attitude US, c'est que pour souligner tel ou tel point, ils sont prêts à combiner les deux - un exercice pour le moins délicat. Pour preuve : interviewé sur CNN et parlant de la crise russo-ukrainienne, le président Obama vient de le rater avec fracas.
Même la Shoah y passe…
Brèves, 27 janv, 2015

Parlant d’Histoire, force est de constater que l’indécence de certains dans le camp « occidental » a sans doute peu d’égal. Falsifier les faits historiques à des fins politiques est toujours une pratique douteuse. Mais de là à contaminer les commémorations de la libération d’Auschwitz, juste pour surfer davantage sur la vague antirusse, c’est se montrer à la fois inconscient, indigne et inculte.
Joe le Sniper sur l'arrière-fond des sanctions européennes contre la Russie
Brèves, 10 oct, 2014

Le vice-président (VP) américain, fidèle à sa réputation de franc-parleur/gaffeur invétéré, a donc récemment admis (le 2 octobre, à l’université de Harvard) que c’est sous la pression des Etats-Unis que l’UE avait fini par adopter les sanctions contre la Russie. Ou comme dit l’inimitable Biden : « c’est vrai qu’ils ne voulaient pas le faire », « mais encore une fois, c’est le président des Etats-Unis qui a dû insister » auprès des Européens.
Petites perles de la semaine écoulée – compilation des entrées Google+ (27 avril 2014)
Brèves, 27 avril, 2014

Industries d’armement
A l'attention des entreprises européennes d'armement: QinetiQ contraint de se retirer du marché de défense US. Au suivant... QinetiQ se voit donc contraint de vendre sa division Services US. C’en est donc fini du rêve américain pour cet ancien joyau de ce qui fut jadis la BITD (base industrielle et technologique de défense)  britannique.
La Russie aurait-elle vraiment mal calculé ?
Brèves, 05 avril, 2014

Au vu de l’OTAN revivifiée, sous prétexte d’un nouveau « clear and present » danger, la question se pose inévitablement: le président Poutine se serait-il tiré une balle dans le pied ? Certainement pas. Quoi que l'on puisse penser du reste, il est difficile de croire que le pouvoir russe n’ait pas prévu la réaction de l’Alliance. C’était plus que prévisible – c’était évident. Pourquoi Moscou a donc pris le risque d’aller de l’avant avec un plan qui promettait, dès le départ, non seulement d'antagoniser mais aussi de ressouder l’Occident ?
Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes - une version particulière, taillée sur l’Ukraine
Brèves, 04 mars, 2014

Le « message fort » que le Secrétaire d’Etat Kerry entend faire passer lors de sa visite à Kiev, c’est que les Etats-Unis soutiennent « le peuple de l’Ukraine et la voix du peuple ukrainien ». Or son homologue russe eut beau jeu de brocarder (à la Conférence sur la sécurité à Munich en février), l’interprétation occidentale du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans le cas de l'Ukraine. M. Lavrov faisait remarquer que « Le Secrétaire général de l'OTAN et mon ami, Anders Fogh Rasmussen, a également parlé de la nécessité de donner à l'Ukraine la liberté de choix. Cependant, nous nous souvenons tous comment en 2007, lors du sommet de l'OTAN ce choix de l’Ukraine a été politiquement préétabli. «
 
Crise ukrainienne : petite mise au point préalable
Notes d’actualité, 03 mars, 2014

C'est ce qui s'appelle un timing parfait. Une mission d’information de l’Assemblée nationale vient de présenter les résultats de ses travaux au sujet de « la politique française et européenne vis-à-vis de la Russie ». Voici quelques extraits relatifs à l’Ukraine, tirés du Rapport d’information, et de l’auditiondes auteurs (Chantal Guittet et Thierry Mariani) qui s’en est suivie. En y ajoutant, sans surprise, une petite touche transatlantique.
Petites perles de la semaine écoulée (3 novembre 2013) - compilation des entrées Google+
Brèves, 03 nov, 2013

NSA/Europe
1. Berlin, nid d’espions US. Visiblement, la Chancelière devient susceptible quand on touche à son portable. Pour rappel : jusqu’à la nouvelle que son « instrument de puissance » favori pourrait être surveillé par la NSA, Mme Merkel avait fait profil bas. Elle ne s’était pas offusquée outre mesure en apprenant cet été que ses compatriotes furent massivement écoutés par les services US, ni ne s’était montrée vraiment compatissante quand son partenaire français s’offusquait il y a une semaine. Mais tout ça, c’était avant l’affaire du portable. Depuis, elle n’arrête pas de s’indigner à tout va. Compte tenu des dernières précisions, elle aura encore de quoi. 
Le regard russe sur « l’époque des changements »
Notes d’actualité, 22 oct, 2013

Le discours du ministre russe des Affaires étrangères à l’Institut Royal des Relations Internationales (Egmont) à Bruxelles est un chef-d’œuvre du genre. Vision, ambition, Realpolitik, quête de la stabilité, respect des règles internationales – M. Lavrov nous rappelle tous ces éléments clés d’une vraie politique étrangère dont nous pouvions nous targuer fièrement autrefois.
Lectures de la semaine (18 août 2013)
Brèves, 18 aout, 2013

Le compte-rendu de la dernière audition en date de la Commission de la Défense au Parlement britannique a été mis en ligne cette semaine, avec des précisions édifiantes dans plusieurs domaines. Au-delà des escarmouches de plus en plus animées sur le dossier écossais proprement dit (dans la perspective du référendum sur la séparation, prévu pour septembre 2014), les témoignages recueillis mettent en lumière à la fois un mécontentement à propos de l’état général des forces armées britanniques, et des questionnements sur le secteur de l’armement au Royaume-Uni.
L'impact de l'adhésion à l'UE sur la politique étrangère
University of Glasgow CRCEES Research Forum
11 mai, 2007


Forum annuel de recherche CRCEES (Centre for Russian, Central and East European Studies) Intervention sur l'impact de l'adhésion à l'UE sur la politique étrangère des pays d'Europe centrale et orientale.



Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS