Recherche avancée


La France, toujours plus intégrée dans l'OTAN

Note IVERIS - 02 juillet, 2015
Brève
Hajnalka Vincze

« Depuis le 10 juin, l’espace aérien français a été inclus dans le Système de défense aérienne et antimissile intégrée de l’OTAN, dispositif essentiel de la politique de défense aérienne et antimissile de l’OTAN et pierre angulaire de la défense collective de l’Alliance. »

Comme le précise le communiqué : « La France a approuvé la mise à disposition d’éléments de son dispositif de défense aérienne, pour mener les opérations de police du ciel de l’OTAN dans l’espace aérien français et alentour. » L’OTAN est donc désormais « responsable de la surveillance de l’espace aérien sous le contrôle du Commandant suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR). » Autrement dit, un général américain qui reçoit ses ordres directement du Pentagone, sous sa casquette de commandant d’EUCOM.

« Le contrôle de l’espace aérien français est assuré par les deux Centres combinés d’opérations aériennes (CAOCs) du Commandement aérien intégré », l’un situé en Allemagne, l’autre en Espagne. Heureusement qu’il reste au centre national des opérations aériennes français (CNOA) la tâche de… « coordonner » les deux. D'autant que l'ensemble du NATINAMDS (Système de défense aérienne et antimissile intégrée de l’OTAN) est à forte tonalité politique, car outre la police du ciel, il englobe aussi la nouvelle vedette de l’Alliance, la DAMB (défense antimissile balistique).

Mais promis-juré, il n’y aura pas de perte de souveraineté. En tout cas pas selon le Ministère de la Défense, qui nous présente le dispositif sous le titre « Plus fort ensemble ». Et que l’intégration s’accompagne d’une nouvelle poussée pour « l’interopérabilité » (laquelle a une fâcheuse tendance de s’inspirer des concepts américains et de profiter aux industriels des Etats-Unis), ce n’est manifestement pas non plus une raison pour s’inquiéter. Du moment que la présentation commence par citer le fameux « Un pour tous, tous pour un?! » d’Alexandre Dumas, c’est comme si le système était « francisé »...

 


share:

Tags:
politique étrangère de la france, otan


Brèves
L’UE réclame la non-ingérence de la part de l’Amérique

Lors d'une discussion au Conseil atlantique de Washington,...

Saut dans l’inconnu – guide de la présidence Trump, par deux initiés

Au lancement du numéro de janvier-février de la revue Foreign...

D. Trump, le meilleur allié de la politique européenne de la France

L’OTAN « obsolète », le Brexit « un succès » ?...

La faute à Poutine?

Le Secrétaire à la Défense américain sortant se lamente :...

La France: l'indépendance malgré tout

« Face aux puissances, les anciennes comme les nouvelles,...

Les partenaires européens comme boucliers du F-35

A mesure que les nuages s’accumulent autour de l'avion Joint...

Le nouveau Premier ministre italien, partisan d’un « Schengen de la défense »

Paolo Gentiloni, jusqu’ici ministre des Affaires étrangères...

En cas de retrait US, un parapluie nucléaire « européen » ?

D’après les informations de l’hebdomadaire allemand Der...

Un aveu en creux : les USA dictent la politique russe de l’UE

Aux dires du président du Conseil européen, Donald Tusk,...

L’annonce de non-candidature de F. Hollande

Le président Hollande ne sera donc pas candidat à sa réélection...






Les plus lus

Le Royaume-Uni face au changement de paradigme dans la sécurité transatlantique





COPYRIGHT © Hajnalka Vincze TOUS DROITS RÉSERVÉS